Votez pour mon site !
Plan du Site

Ajoutez aux Favoris

Vous êtes ici => La Commune




Commune de 3142 habitants en 2006 - Code Postal : 16260
Superficie : 33 km² - Densité : 95 hab/km²
Altitude : 120 mètres - Latitude : 45,82° - Longitude : 0,45°
Canton : Saint-Claud - Arrondissement : Confolens - Diocèse : Angoulême
Département : Charente (16) - Région : Poitou-Charentes - Pays : France


Le bourg a un château du 17ème siècle.

Ainsi qu'une situation privilégiée sur de grands axes de communication !

 

Infos sur l'évolution de la Population

Localisation






Annuaire des sites du
Poitou-Charentes

Site référencé sur
L'Annuaire de
Poitou-Charentes


annuaire du tourisme francais
referencement tourisme

Chasseneuil est la plus vaste et la plus importante commune du canton de Saint-Claud.

Chasseneuil sur Bonnieure est une ville très vivante, en milieu rural, qui offre à ses habitants et au bassin qui l'environne tous les services et commerces ainsi que des infrastructures scolaires et sportives d'un très bon niveau.

Postée aux portes du Périgord, du Limousin et de l'Angoumois, CHASSENEUIL sur BONNIEURE offre une activité commerciale et artisanale dense ainsi qu'un marché de produits locaux le mercredi et le samedi ainsi qu'une foire réputée les 22 de chaques mois.

Très bien située sur 2 grands axes de communication, la RN141 et la D951, elle offre des possibilités d'extension industrielle.

Traversée par la Bonnieure du nord-est au sud-ouest, elle est aussi arrosée par deux affluents : le Rivaillon et le Guidou.

Des services de qualité tel une Maison de Retraite, une caserne de Pompiers, une Poste, une Trésorerie, une Gendarmerie, une antenne ASSEDIC, etc.

Un cadre de vie excellent : Sport-Loisirs-Tourisme, Maison des Associations (53), Bibliothèque municipale, Centre de Loisirs, 2 Gymnases, 2 Stades, 5 Courts de Tennis (dont 1 éclairé et 2 couverts), Piscine couverte (été-hiver), Camping ombragé en bordure de la Bonnieure, etc.

~ ~ De la légende à l'histoire ~ ~

  • On sait que la ville s'appelait autrefois " Cassinogilum ", et certains étymologistes ont prétendu qu'il s'agissait de « l'habitation de Cassinus ». Leur théorie s'appuyait sur le fait que le mot "gil" désignait une petite habitation en celtique.
    Il est cependant raisonnable de voir en Chasseneuil une corruption de Cassanoialum ou « Champ dans la Chênaie » du gaulois cassano : chêne, ïalos : clairière, champ défriché.
    La ville est donc née sur un espace de forêts, défriché pour le transformer en terres cultivables.
    A l'époque, les seigneurs n'hésitaient pas, en cas de surpeuplement, à envoyer des groupes de serfs dans les forêts pour y fonder de petites colonies. On nommait souvent ïalo ces villages de défricheurs.
  • Une fée venue du Limousin serait un jour arrivée sur le haut de la colline. Découvrant une région beaucoup plus lumineuse elle s'écrie : c'est ici CHASSANUÉE, et sous l'effet de la surprise elle laisse échapper les 5 cailloux qu'elle transportait. Ce furent les 5 pierres situées sur la route de Saint-Mary.
  • La Bonnieure s'appelait au Moyen Age Bono Ydoro « Bonne Eau ». Elle devint Bonoyore au XV siècle puis Bonnyeure au XVI siècle. On reconnaît  en  effet dans Yodoro le radical celtique signifiant : eau, rivière. La Bonnieure est donc la « Bonne Rivière ».
  • Au œur de la ville, son église, qui date de l'époque du Roman Secondaire, des XIe et XIIe siècles (nef et base du clocher), présente un intérêt certain en raison de ses proportions et de sa sobriété de son ornementation. Remaniée au XIIe et XVe, elle est dédiée à Saint Saturnin, le premier évêque de Toulouse.
     

  • L'église fut pendant longtemps entourée d'un cimetière. Des sarcophages datant des IVe et Ve siècles ont d'ailleurs été mis à jour dernièrement.
     

  • Des sites verdoyants invitent au repos et à la promenade dans le calme au bord des ruisseaux qui tantôt cascadent sur les roches, tantôt serpentent entre les souches des peupliers ou les vallons des prairies.

~ ~ Généralités historiques ~ ~

Site romain.

Limite de la langue d'oc et de langue d'oil.
Révolte de la gabelle au 16ème.
Dévastation des guerres de Religion.
Insurrection paysanne contre les collecteurs des tailles de 1715 à 1725.
Centre de la Résistance,
massacre en 1944.

Chasseneuil possédait un blason : celui de la famille Devezeau, de la branche du Treuil. Cette famille fut seigneur du château de l'Aage de Chasseneuil, à partir du 18 avril 1591, par un échange de seigneurie avec Paul de Nourrigier. La lignée se terminera par Geneviève de Devezeau, (fille de Pierre Hubert de Devezeau, marquis de Chasseneuil), qui épousera à l'âge de 16 ans, le 10 mai 1768, Annet de la Romagère de Roussecy. Ce dernier, par ce mariage devint le nouveau marquis de Chasseneuil.

Plus d'infos ici

Le 22 mars 1944, c'est une division allemande, 2.000 hommes en armes (Allemands et Français de la SIPO ainsi que des gardes mobiles), qui encercle la ville de Chasseneuil au petit matin. C'est également jour de foire, mais les habitants ont reçu l'ordre de ne pas quitter leur domicile, sous peine de représailles.
Les allemands fouillent les maisons car ils soupçonnent que des maquisards s'y cachent. Aucun résistant ni aucune arme ne seront trouvés.
127 personnes seront quand même arrêtées, dont Guy Pascaud, un des fondateurs du maquis Bir'Hackeim. Elles seront torturées, fusillées ou déportées. D'autres seront libérés le 15 avril...
Ce 22 mars 1944, M. Blanc sera tué dans son jardin, M. Roche blessé est amputé d'un bras.

Droits d'auteurs
Tous les documents, fichiers ou images sont diffusés uniquement pour des raisons lucratives, non pas dans un but commercial.
Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.
Page conçue et réalisée par Jean-Claude Télémaque (© 2002). Toute utilisation à des fins commerciales est interdite.

Dernière révision : Mars 2011